Alain Savouret - Tu chante pas ? Agrandir l'image

Alain Savouret - Tu chante pas ?

10526

Nouveau produit

Dans mon trajet auvergnat, polymorphe, des moments de vies ont été partagés, ici et là, avec des hommes de culture, tant animalière que musicale. Aussi, par extension, j'assimile à du "collectage phonographique" l'enregistrement public de pièces instrumentales et vocales, le 10 juin 1992 à l'Espace Lebon. Volonté de retenir la qualité de la relation immédiate entre tous les présents plutôt que de fixer la re-présentation d'un texte musical. Le "partage" du temps vécu plutôt que sa "partition". La parole de Françoise Méallet ou d'Etienne Civiale, les interventions de l'Ensemble Vocal Antoine de Bertrand ou le passage d'un troupeau près de Salilhes sont donc à en-tendre (tendre vers) de la même manière, avec les mêmes intentions musicales. De même, la spécificité électroacoustique de certaines pièces manifeste l'intimité des rapports que son et sens peuvent entretenir. Cette vaste "invention" auvergnate est peut-être une exploration de la notion de passage, celui des faits de vie à leur mémorisation mécanique ou humaine, ou encore celui de la vie à la mort, par sacrifice porcin interposé. Alain Savouret

Plus de détails

8,50 €

En savoir plus

Jean-Pierre Champeval : Violon

Olivier Durif : Violon

Jean-François Vrod : Violon

Invité(e)(s)

Gilles Ballet : Guitare

Patrick Brun : Guitare

Olivier Durif : Voix, Violon

André Ricros : Cabrette, Voix

Jean-Claude Rocher : Cabrette

Alain Savouret : Clavier

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Alain Savouret - Tu chante pas ?

Alain Savouret - Tu chante pas ?

Dans mon trajet auvergnat, polymorphe, des moments de vies ont été partagés, ici et là, avec des hommes de culture, tant animalière que musicale. Aussi, par extension, j'assimile à du "collectage phonographique" l'enregistrement public de pièces instrumentales et vocales, le 10 juin 1992 à l'Espace Lebon. Volonté de retenir la qualité de la relation immédiate entre tous les présents plutôt que de fixer la re-présentation d'un texte musical. Le "partage" du temps vécu plutôt que sa "partition". La parole de Françoise Méallet ou d'Etienne Civiale, les interventions de l'Ensemble Vocal Antoine de Bertrand ou le passage d'un troupeau près de Salilhes sont donc à en-tendre (tendre vers) de la même manière, avec les mêmes intentions musicales. De même, la spécificité électroacoustique de certaines pièces manifeste l'intimité des rapports que son et sens peuvent entretenir. Cette vaste "invention" auvergnate est peut-être une exploration de la notion de passage, celui des faits de vie à leur mémorisation mécanique ou humaine, ou encore celui de la vie à la mort, par sacrifice porcin interposé. Alain Savouret