A la quinte - Avau

11124

Nouveau produit

A la Quinte, ce sont cinq voix, (celles des sœurs Auzemery) qui s’accordent pour chanter en occitan du Limousin, accompagnées ici des percussions de Cécile Haudiquet.

Ce premier disque, enregistré dans la nef de l'église d'Angoisse en Dordogne propose une longue balade de seize titres à travers lieux, saisons et saynètes de la vie paysanne et champêtre. Une œuvre aux harmonies subtiles et aux évocations souvent quasi mythologiques.

Un ensemble de complaintes du répertoire traditionnel auxquelles viennent s'ajouter deux chansons de Jan dau Melhau merveilleusement réinterprétées pour l'occasion par le groupe.

En amont furent les collecteurs et sont les déchiffreurs, les pionniers aussi, ceux qui rétablissent ce répertoire, langue ou musique, pour le sauver, le montrer, le défendre, le transmettre.
A la Quinte, qui a longtemps écouté, savoure ici de se baigner un peu dans le cours de ces eaux.
A la Quinte chante comme en aval.

10,00 €

Fiche technique

Titres 1. Ribats, 'ribats | 2. Lo jai e l'irondela | 3. Dins la foret | 4. La font | 5. Chas nos li avia un asne | 6. Sus lo pont d'a Lion | 7. Lo petit òmes | 8. Dins las ribieras d'a Lissac
Titres (suite) 9. La calha | 10. La Chabrida | 11. Que donarai-ieu a ma mia | 12. Darrier lo chasteu de Montvielh | 13. Borreias | 14. La filha d'un paisan | 15. Avau dins la ribiera | 16. Los dalhaires
Type de Support CD
Label La voix des sirènes
Date de sortie Novembre 2020

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

A la quinte - Avau

A la quinte - Avau

A la Quinte, ce sont cinq voix, (celles des sœurs Auzemery) qui s’accordent pour chanter en occitan du Limousin, accompagnées ici des percussions de Cécile Haudiquet.

Ce premier disque, enregistré dans la nef de l'église d'Angoisse en Dordogne propose une longue balade de seize titres à travers lieux, saisons et saynètes de la vie paysanne et champêtre. Une œuvre aux harmonies subtiles et aux évocations souvent quasi mythologiques.

Un ensemble de complaintes du répertoire traditionnel auxquelles viennent s'ajouter deux chansons de Jan dau Melhau merveilleusement réinterprétées pour l'occasion par le groupe.

En amont furent les collecteurs et sont les déchiffreurs, les pionniers aussi, ceux qui rétablissent ce répertoire, langue ou musique, pour le sauver, le montrer, le défendre, le transmettre.
A la Quinte, qui a longtemps écouté, savoure ici de se baigner un peu dans le cours de ces eaux.
A la Quinte chante comme en aval.