Odeia - Parlami

10882

Nouveau produit

Comme l'aurait dit Magritte, ceci n'est pas de la musique du Monde.
Le Monde, Odeia s'en nourrit, plante ses rhizomes où le soleil porte et en fait un substrat ; la Terre n'a jamais si bien porté son nom !
De la guitare de Karsten Hochapfel (Naïssam Jalal, Morgen Naughties...) à la contrebasse de Pierre-Yves Le Jeune (Le Petit Bal de Poche, Rue de Tanger), Odeia s'incarne, hors des styles, des langues ou des musiques ; loin aussi des inventions factices d'on-ne-sait quel volapük.
Avec le violon de Lucien Alfonso (Toukouleur Orchestra, Le Petit Bal de Poche) en poupe, libre et changeant, et la voix d'Elsa Birgé (Söta Sälta, Chroniques de Résistance de Tony Hymas) en proue, souple et envoûtante, le navire n'a jamais cessé ses courtes Escales qui garnissent autant la cale que l'imaginaire.
Oubliez tout système de navigation, perfectionné ou non. La dérive est en pilotage automatique et chaque étape est un plaisir !
« Un vrai condensé d'émotions, une nouvelle odyssée méditerranéenne...

12,50 €

Fiche technique

Artiste(s) Antonin-Tri Hoang | Karsten Hochapfel | Elsa Birge | Pierre-Yves Le Jeune | Lucien Alfonso
Titres 1. Tha pethano glykia mou agapi | 2. Ola se thimizoun | 3. Alifib | 4. Mandole | 5. Nu poco 'e sentimento | 6. Plainte | 7. Parlami d'amore mariù | 8. Non parliamon più
Titres (suite) 9. I pirati a palermu | 10. Le vent se tait | 11. Mandole 2 | 12. O maharagias | 13. Venti latir | 14. Chanson d'hélène
Type de Support CD
Label Wopela
Date de sortie Novembre 2018
Code Barre 3521383445242

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Odeia - Parlami

Odeia - Parlami

Comme l'aurait dit Magritte, ceci n'est pas de la musique du Monde.
Le Monde, Odeia s'en nourrit, plante ses rhizomes où le soleil porte et en fait un substrat ; la Terre n'a jamais si bien porté son nom !
De la guitare de Karsten Hochapfel (Naïssam Jalal, Morgen Naughties...) à la contrebasse de Pierre-Yves Le Jeune (Le Petit Bal de Poche, Rue de Tanger), Odeia s'incarne, hors des styles, des langues ou des musiques ; loin aussi des inventions factices d'on-ne-sait quel volapük.
Avec le violon de Lucien Alfonso (Toukouleur Orchestra, Le Petit Bal de Poche) en poupe, libre et changeant, et la voix d'Elsa Birgé (Söta Sälta, Chroniques de Résistance de Tony Hymas) en proue, souple et envoûtante, le navire n'a jamais cessé ses courtes Escales qui garnissent autant la cale que l'imaginaire.
Oubliez tout système de navigation, perfectionné ou non. La dérive est en pilotage automatique et chaque étape est un plaisir !
« Un vrai condensé d'émotions, une nouvelle odyssée méditerranéenne...