Houria Aïchi - Chants mystiques d'Algérie

20250

Nouveau produit

Houria Aïchi reprend des chants des Aurès, mais puise également dans les traditions du Constantinois, d'Alger ou de l'Ouest algérien : la musique des gens servie par une voix puissante et belle Houria Aïchi creuse depuis plus de dix ans le sillon de la musique vocale des Aurès, avec sa voix chaleureuse pleine dune émotion intacte, et des répertoires savants et populaires. Dans ce disque, les chants retrouvent leur dépouillement radical : voix, percussions, battements de mains, instruments conviviaux que l'on trouve dans les fêtes villageoises ou les célébrations des confréries. Chants de mariages, de veillées mortuaires ou de fêtes de circoncision, ils voisinent souvent, dans la vie des gens, avec de très profanes chansons traditionnelles qui célèbrent l'amour, les roses ou la bonne récolte. Ses sources ne sont pas les livres savants, mais des collectages parfois romanesques, ou que son flûtiste Saïd Nissia lui propose Mohamed l'aimé, chant de dévotion populaire kabyle. Houria Aïchi reprend des chants des Aurès, mais puise également dans les traditions du Constantinois, d'Alger ou de l'Ouest algérien : la musique des gens servie par une voix puissante et belle Houria Aïchi creuse depuis plus de dix ans le sillon de la musique vocale des Aurès, avec sa voix chaleureuse pleine dune émotion intacte, et des répertoires savants et populaires. Dans ce disque, les chants retrouvent leur dépouillement radical : voix, percussions, battements de mains, instruments conviviaux que lon trouve dans les fêtes villageoises ou les célébrations des confréries. Chants de mariages, de veillées mortuaires ou de fêtes de circoncision, ils voisinent souvent, dans la vie des gens, avec de très profanes chansons traditionnelles qui célèbrent l'amour, les roses ou la bonne récolte. Ses sources ne sont pas les livres savants, mais des collectages parfois romanesques, ou que son flûtiste Saïd Nissia lui propose Mohamed l'aimé, chant de dévotion populaire kabyle.

Plus de détails

12,50 €

Fiche technique

Titres 1. Impossible oubli | 2. Allah notre seigneur | 3. Les pèlerins | 4. Sidi rached | 5. Chant rituel du gourara | 6. Mère, père de kacem | 7. Mohamed l'aimé | 8. Sidi slimane | 9. Ziara
Type de Support CD
Label Accords Croisés
Date de sortie Janvier 2018
Code Barre 3149028120127

En savoir plus

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Houria Aïchi - Chants mystiques d'Algérie

Houria Aïchi - Chants mystiques d'Algérie

Houria Aïchi reprend des chants des Aurès, mais puise également dans les traditions du Constantinois, d'Alger ou de l'Ouest algérien : la musique des gens servie par une voix puissante et belle Houria Aïchi creuse depuis plus de dix ans le sillon de la musique vocale des Aurès, avec sa voix chaleureuse pleine dune émotion intacte, et des répertoires savants et populaires. Dans ce disque, les chants retrouvent leur dépouillement radical : voix, percussions, battements de mains, instruments conviviaux que l'on trouve dans les fêtes villageoises ou les célébrations des confréries. Chants de mariages, de veillées mortuaires ou de fêtes de circoncision, ils voisinent souvent, dans la vie des gens, avec de très profanes chansons traditionnelles qui célèbrent l'amour, les roses ou la bonne récolte. Ses sources ne sont pas les livres savants, mais des collectages parfois romanesques, ou que son flûtiste Saïd Nissia lui propose Mohamed l'aimé, chant de dévotion populaire kabyle. Houria Aïchi reprend des chants des Aurès, mais puise également dans les traditions du Constantinois, d'Alger ou de l'Ouest algérien : la musique des gens servie par une voix puissante et belle Houria Aïchi creuse depuis plus de dix ans le sillon de la musique vocale des Aurès, avec sa voix chaleureuse pleine dune émotion intacte, et des répertoires savants et populaires. Dans ce disque, les chants retrouvent leur dépouillement radical : voix, percussions, battements de mains, instruments conviviaux que lon trouve dans les fêtes villageoises ou les célébrations des confréries. Chants de mariages, de veillées mortuaires ou de fêtes de circoncision, ils voisinent souvent, dans la vie des gens, avec de très profanes chansons traditionnelles qui célèbrent l'amour, les roses ou la bonne récolte. Ses sources ne sont pas les livres savants, mais des collectages parfois romanesques, ou que son flûtiste Saïd Nissia lui propose Mohamed l'aimé, chant de dévotion populaire kabyle.